NMC-Actualites-02

Revenir aux actualités

Des transports en commun plus propres : des bus électriques sur le réseau M’Tag  

Les nouveaux bus électriques au dépôt d’Eybens

Sept nouveaux bus entièrement électriques vont faire leur apparition sur le réseau de transports en commun M’Tag, desservant les lignes Chrono C3 (Grenoble Victor Hugo / Échirolles Centre du Graphisme) et C4 (Grenoble Victor Hugo / Eybens Le Verderet). En 2020, le SMTC (Syndicat Mixte des Transports en Commun de l’agglomération grenobloise, remplacé par le SMMAG aujourd’hui) avait acheté sept bus électriques, à 430 000 € l’unité, à la filiale française d’Alstom, Aptis (arrêt d’activité en 2022). Cependant, ils n’ont presque pas roulé et sont restés la plupart du temps dans le dépôt d’Eybens. En cause, la conduite jugée complexe voire dangereuse et d’importants problèmes techniques tels que des portes défectueuses ou des caissons de batteries non-étanches.

La présentation officielle des nouveaux bus a eu lieu le lundi 22 avril, en présence de Sylvain Laval, président du SMMAG, pour une mise en circulation du premier bus le jeudi 25 avril, et d’ici la fin du mois d’avril jusqu’au mois de juin 2024 pour les autres.

Ces bus du modèle GX 337 ont été achetés à l’entreprise Heuliez (groupe Iveco), afin de continuer à soutenir l’industrie française, grâce à la vente des anciens (rachetés après de lourdes négociations par Alstom à hauteur de 2,9 millions d’euros) et un ajout de 200 000 € du SMMAG pour atteindre les 350 000 € par bus.

À bord des bus, la conduite est similaire aux modèles actuellement en circulation, qui ne nécessite pas une grosse formation pour s’approprier le modèle. L’autonomie d’environ 200 km équivaut à une journée de services sur une ligne C1 ou C4. Ils sont équipés d’un système de « rétrovision électronique » où les rétroviseurs sont remplacés par des caméras, d’écrans de contrôle placés à l’avant, permettant un meilleur contrôle des angles morts, de ports USB pour les passagers et ils possèdent les mêmes capacités de places. Enfin, les batteries de ces anciens bus qui ont été louées pour 8 ans n’ont pas été perdues, car elles ont pu être adaptées pour la nouvelle flotte.

D’ici la fin de l’année 2024, l’objectif est de ne plus avoir aucun véhicule 100% diesel. Pour réaliser cette transition, le « mix de technologies » est privilégié avec des bus au gaz naturel pour véhicules sur la majorité des lignes (avec 24 nouveaux bus), les électriques et les hybrides (56 bus). Une réflexion est aussi menée pour introduire des trolleybus sur les plus grosses lignes, avec plus d’autonomie, sans problème de batterie et une puissance énergétique intéressante.

Pour plus d’informations :

Site internet du SMMAG : https://smmag.fr

Sur le site internet de Grenoble-Alpes-métropole : https://www.grenoblealpesmetropole.fr

D'autres actualités peuvent vous intéresser...